Banan’ à Lyon – part III

15 mars 2012
By

Mercredi 14 mars.

10h. « Fifi et la Chocolaterie »
L’ami Joseph nous avait décrit la magie de la maison Bernachon, avec des yeux remplis de gourmandise. Philippe Bernachon, petit-fils de Bernachon et de Bocuse, nous guide avec gentillesse, bonhomie et passion, dans les méandres de sa maison. Avec ses sœurs, Stéphanie et Clarisse, il tient cette pâtisserie mythique dans les règles de l’art, au diapason des valeurs transmises par ses illustres parents. Il nous explique le processus de fabrication des ses alléchants chocolats, de la fève de cacao à la dégustation. La sensation de retomber en enfance, à la vue des ces machines anciennes, par l’odeur alléchée de la torréfaction, au seul regards enjoué de chaque employé, qui semble dire, le sourire au coin des lèvres : «moi, je suis fier de travailler ici !».

Joseph Viola, Philippe & Stéphanie Bernachon, Stéphane Raimbault

11h30. Maison Orsi.
Stéphanie Bernachon nous offre une généreuse boîte de ces belles pépites d’or noir et son frère Philippe nous escorte jusqu’à la Maison Orsi, au coin de la rue. Pierre Orsi et son épouse Geneviève sont des amis de longue date de Stéphane Raimbault, qui les prend par surprise ! Pierre est derrière le passe à l’arrivée des trois Chefs. Il lève les bras au ciel, heureux qu’il est de trouver là son voisin Philippe, son confrère Joseph et Stéphane. « Tu connais la maison ? Ah, non ? Alexandre, tout de suite, faites donc la visite à Monsieur Raimbault ! ». Et Alexandre de nous dévoiler cet établissement lustré, brillant, à la tenue impeccable. Jamais on aura vu si bel endroit, si belle cuisine, si belle cave !

Joseph Viola, Stéphane Raimbault, Philippe Bernachon, Pierre Orsi

A peine la visite terminée, nous retrouvons nos joyeux larrons en plein « machon », mais un « machon » de luxe, à base de foie gras et escargots en pots aux croûtons (comme ceux que nous servons au bistrot L’Etage de L’Oasis)… avec un déjeuner qui nous attend, chez Matthieu Vianney. (Vague impression d’avoir atterri par miracle dans une émission de Petitrenaud…)

13h. Mère Brazier.
Voici une adresse mythique, la plus symbolique de la cuisine des « mères de Lyon ». Joseph a réservé une jolie table dans le bar aux faïences bleues et blanches. Plutôt que de déjeuner dans la grande salle à manger, nous préférons ce coin plus décontracté, dans l’anti-chambre des cuisines de Mathieu Viannay, jeune Chef bi-étoilé, qui redonne un coup de modernité à cette maison chargée de souvenirs et au combien nostalique !

Chez la Mère Brazier

Tartelette de Saint-Jacques, Pétales de Granny Smith et Racines en Vinaigrette… Ormeaux et Autres Coquillages, Encornet à l’Encre, Asperges et Poireaux au Jus Iodé… Lotte Rôtie et Tête de Cochon Confite en Matelote, Côte de Cochon Iberico, Boudin et Crépinette de Pied, Jus et Purée aux Truffes…

Merci à Joseph et  Françoise, pour cette escapade lyonnaise riche de rencontres et de calories !

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Page Facebook