Cata PAS marrant

23 mai 2014
By

Quand le Capitaine Fracasse part en mer, sur son catamaran qui n’a pas de nom, avec ses deux « crapauds »,  Thib et la Banane, il est le seul à savoir ce qu’il fait.  Il vocifère un glossaire marin à la Haddock et nous tentons de nous exécuter, plutôt mal que bien.  C’est un langage de sourds, mais en temps normal, il suffit à naviguer tranquillement.  En temps normal.  En revanche, quand la mer est agitée et que le vent souffle à 25 nœuds (aucune idée de ce que cela signifie, mais ça va vite), tout de suite, on aimerait comprendre ce qu’il nous raconte pour de vrai…   »Border le foc »?   »Loffer »?   »Ramener la voile au vent »?   »Remonter la dérive »?  Kézako?

only in dubai

Nous sommes sortis la semaine dernière et avons décidé de baptiser le cata « Nana Mouskouri » ou « Mireille Mathieu », au choix, tant il faisait chanter ses voiles de Castafiore.  Les deux crapauds au trapèze, le Capitaine à la barre : des aller-retours dans le Palm,  à toute vitesse et trop souvent à la verticale.  Drôle de décalage…  le minuscule « Nana Mouskouri » qui quitte la marina, se fraye un chemin entre les monstrueux yachts, et sa voile lilliputienne avec les gratte-ciels en toile de fond…

« Mieux vaut flotter sans grâce que couler en beauté. »  C’est une devise de matelot, paraît-il.  Elle nous convient parfaitement !  Ah ça, au trapèze, on ne fait pas dans l’élégance, lâchant prise, valdinguant contre la coque.  Thib en a peut-être perdu sa future progéniture, qui sait, en un coup de harnais mal placé…  Le temps d’une « risée » que seul le Fracasse a su anticiper, on se retrouve dans les airs, avec ce sentiment qui oscille entre l’excitation et la peur.   »Dessaler ? »…  Alors ça, aucune envie de savoir ce que ça veut dire!

Après une heure à hisser la voile, trois heures en mer à aller et venir devant deux labradors curieux, dont les maîtresses étaient seins nus (mais oui, mais c’est bien sûr, moussaillons… ce sont les labradors que vous reluquiez !)…  coup de barre !  Ca aussi, c’est du vocabulaire maritime !  Il aura fallu 14 heures de sommeil, agité comme les flots, pour récupérer des litres d’eau ingurgités, du sel qui rougit les yeux et des jambes tétanisées par le trapèze !  Le Mouskouri ?  Il fracasse, Capitaine !

 

Tags: ,

One Response to Cata PAS marrant

  1. 23 mai 2014 at 23 h 13 min

    Ca fracasse bien dans votre pays ! malgré les frayeurs, l’inconfort,les labradors… La mer est chaude et le capitaine sûr de lui ! Pourquoi pas un petit dessalage ?… ce sera un bon souvenir. Comme un baptême de mer.
    Merci, la Banane de nous reporter ces grands moments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Page Facebook