C’est la fête au village

18 août 2013
By


Salapès.  Notre maison de famille dans le Lot.  Pour y aller, il faut emprunter de petites routes qui tournicotent, avec une 106 de préférence, arpenter la plus jolie vallée du monde, celle de l’Ourajou, petit ruisseau qui court d’eaux.  Puis, grimper sur la colline.  Tout en haut.   »C’est la première maison sur la gauche », expliquions-nous à nos compagnons de table le soir de la fête à Lavercantière.  Oui, parce qu’ici on dit ça comme ça : la fête à Lavercantière.

Les vacances dans le Lot c’est : le foie gras, les gésiers, le confit.  Parce que « c’est pas gras ».  C’est le bon air des chênes qu’on renifle à plein naseaux quand on monte à cheval, dans les sentiers ombragés de nos forêts.  Mais c’est aussi et surtout : les fêtes de village.  Entre la Poule au Pot de Rampoux le 14 juillet et la fin du mois d’août, vous aurez le choix entre Lavercantière, Thédirac, Dégagnac, Gindou, Cazals, Salviac, Payrignac et plein d’autres encore…  Rien qu’entre le 10 et le 22, il n’y a pas un soir sans fête, sans buvette, et certains de souligner qu’ « en deux semaines, on n’aura pas le temps de décuver… »

Nous avons donc commencé par la fête de la commune voisine et fait ripaille avec les copains marseillais et nos compagnons de tablée, une bande de joyeux drilles qui usaient de toute leur ingéniosité pour…  benh disons… BOIRE le plus possible !  Par exemple : avec l’entrée de melon au porto, sachez qu’il faut se précipiter et attaquer le melon vite, vite, avant que la bouteille de porto n’arrive, histoire d’agrandir le trou où l’on versera l’heureux breuvage.  Méthode « Mika ».  Nous avons suivi tous leurs conseils, descendu des pichets de vin (parce que « rouge sur rouge, rien ne bouge »), tout en épongeant avec des saladiers de flageolets, des côtelettes d’agneau cuites sur un barbecue de braises géant…  je vous laisse imaginer le résultat!

Comme dirait Sébastien c’est « QdB ».  Que du bonheur, pour les blondes qu’auraient pas compris.  Pas besoin de grand chose pour être heureux…  Bon, après, quand le lendemain, on doit se lever à 7h pour aller à la chasse, parce qu’on s’y est engagé la veille, dans l’euphorie enthousiaste de la beuverie, c’est moins drôle…  Mais ça fait partie du jeu.  D’ailleurs, on est rentré bredouille, vu nos états léthargiques, embrumés de Cahors…

Pour éliminer le tout, rien de tel que le bal du village, Compagnie Créole et Jean-Jacques Goldman…  Merci à Monsieur E. qui m’a cassé les bras sans que je finisse en bouillie par terre !

 

Tags: ,

One Response to C’est la fête au village

  1. seb QdB
    21 juillet 2015 at 19 h 30 min

    Merci :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Page Facebook