Merci Kampei !

4 janvier 2015
By

C’était juste avant la fermeture hivernale : retour aux sources, retour à L’Oasis !  Quand on vit dans le désert, l’adresse est comme providentielle !

Halte azuréenne de courte durée car, à peine avais-je atterri à Nice, que  je reprenais l’avion avec Stéphane Raimbault.  Et hop !  Les provinciaux « montaient à la capitale » pour le pèlerinage annuel, à la fois attendu et redouté, vers la Mecque des Chefs, Bible rouge en main et Saint-Bibendum, le bienheureux dodu,  pour unique ange gardien.  Mais avant de savoir à quelle sauce nous allions être mangés, nous en avons profité pour casser la croûte chez un ancien, Kampei Hisaoka.  Tous les prétextes sont bons, vous me direz ! 

2013 - Kampei et Stéphane Raimbault, dans les cuisines de L'Oasis

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Kampei a officié une année au garde-manger de L’Oasis, en qualité de Sous-Chef.  Pour ceux qui le connaissent mieux (les copains des « années MB » savent de quoi je parle !), nous nous sommes rencontrés il y a plus de 10 ans, avenue Montaigne, parce qu’on est un peu snobe, sur les toits du Théâtre des Champs Elysées, tant qu’à faire !  Ça fait un peu genre « on s’était donné rendez-vous dans 10 ans », désolée…

2005 - Damien Renou en train de préparer le Réveillon sur les toits de Maison Blanche

Je crois que Kampei est celui dont j’ai écrit le premier portrait pour une newsletter, alors qu’il secondait Thierry Vaissière à Maison Blanche.  A l’époque, il était déjà très calme, réservé, sérieux et pointilleux, un jeune homme au sourire aussi timide que bienveillant.  Il m’avait raconté son papa potier au Japon, les études de Français à Montpellier, les souvenirs d’andouillette à Montparnasse…  ces plats bistrotiers qui l’ont poussé sur les chemins de la cuisine, puis de la gastronomie, derrière les fourneaux des frères Pourcel… et des frères Raimbault.

2004 - Thierry Vaissière et Kampei Hisaoka à la Maison Blanche

2014 - Kampei Hisaoka, Stéphane Raimbault, Thierry Vaissière

C’est non sans fierté que nous le retrouvions galonné Chef à la Petite Cour, au cœur du quartier latin, dans un restaurant-boudoir, planqué des touristes, sous le ventre du marché Saint-André.  Et, pour que la boucle soit bouclée, voici que Thierry Vaissière passait pour le café.  Faut dire qu’il n’était pas loin, le « Térus » comme on l’appelle avec ce qu’il faut de raillerie et de respect : lui sévit à la Maison d’Amérique Latine, à deux pas, sur le boulevard Saint-Germain.

Ah, Nostalgie, quand tu nous tiens !  Du coup, Stéphane Raimbault voulu, lui aussi, descendre l’allée des souvenirs, jusqu’à sa première maison, celle où il obtint, à tout juste 24 ans, deux étoiles d’un coup d’un seul : le restaurant Gérard Pangaud.  Nostalgie ?  Pas tout à fait…  « Saudade » !  Voici un bien joli mot que nous emprunterons au portugais.  « Saudade » chante plus précisément ce sentiment à la fois mélancolique et doux, de vouloir retrouver une chose qui nous manque et que fatalement, nous ne retrouverons jamais…  car le restaurant Gérard Pangaud du Rond-Point Rhin-Danube est maintenant une simple brasserie, sans l’âme et le faste des premiers pas de Monsieur Raimbault à Boulogne-Billancourt.

Stéphane Raimbault à 24 ans, avec Gérard Pangaud

2014 - ce qu'est devenu le restaurant Gérard Pangaud...

Parce que nous sommes de nature joyeuse, nous avons  vite repoussé  cette pointe de tristesse pour nous heurter au présent et…   braver la grève des taxis parisiens –  Eh oui ! Il faut bien tomber sur un os, sinon c’est moins drôle !  Métros, correspondances, RER, marche sous bruine et chape grise d’hiver…  Sans encombre ou presque, nous arrivions en temps et en heure au Guide Michelin, le cœur rempli des beaux souvenirs  qui jalonnent, depuis bien des années, notre route de Paris à La Napoule.  Force est de constater que nous faisons un bien beau métier !  Merci Kampei !

Avec Térus à la Maison Blanche, en 2003

Avec Stéphane Raimbault... en 2013

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Page Facebook